Le mouvement Slow

Le mouvement Slow

Un billet de Madeleine Massicotte

 __________________________________________________________________________________________


Ralentir pour mieux vivre 

Nous vivons présentement dans une ère de rapidité. Tout est instantané et tout est au bout de nos doigts. Que ce soit la nourriture, la technologie ou la mode, nous consommons, la plupart du temps, de manière rapide et irréfléchie. Certes, cette manière de consommer entraîne des effets néfastes pour l’environnement comme nous le savons tous, mais elle est aussi plutôt éphémère et sans signification.

En revanche, comme le retour du balancier se fait toujours, de plus en plus de gens désirent pratiquer une consommation durable et réfléchie. C’est ainsi que plusieurs adhèrent au mouvement
slow. Mais le mouvement slow, c’est quoi au juste?

En fait, l’expression
slow fut utilisée pour la première fois dans les années 80, par des agriculteurs italiens en opposition à la « malbouffe » et à la popularité grandissante du fast food. Ces producteurs souhaitaient encourager la préparation plus «traditionnelle» de repas, à partir d’aliments locaux et en prenant le temps de bien déguster les saveurs et d’apprécier les couleurs et les textures de la nourriture. Puis, de là est né le mouvement slow.

Depuis, cette tendance s’est répandue dans plusieurs autres domaines. Cette école de pensée encourage l’adoption d’un rythme de vie plus lent ainsi qu’une prise de conscience plus profonde de nos activités au quotidien. Voici quelques exemples dans lequel vous pouvez appliquer la #slowlife.

© Station Service par Beatrice Munn | Audrey porte le boléro Iris & la jupe Florence. Chaussures : Adria de Maguire Boutique.

LE MOUVEMENT SLOW DE LA MODE : LE SLOW FASHION

Cette branche du slow que nous connaissons bien et qui gagne en ampleur, s’oppose de toute évidence au phénomène du fast fashion qui encourage le renouvellement rapide de sa garde-robe avec des pièces destinés à ne durer qu’une saison ou moins. Le slow fashion, lui, promeut l’achat de vêtements produits localement avec des matériaux de qualité et faits dans des conditions équitables et sécuritaires. Il favorise aussi l’achat de styles minimalistes et intemporels qui résisteront à l’épreuve du temps. Pour en savoir plus, consultez notre article sur les 8 gestes à poser pour la mode éthique.

LE MOUVEMENT SLOW MÉDIATIQUE : LE SLOW MEDIA

Le slow média s’oppose quant à lui à la haute consommation médiatique à laquelle nous sommes sujets aujourd’hui, à l’ère du numérique. Ce type de slow propose que nous nous attardions uniquement à des médias de qualité, où le contenu est bien recherché et a de la valeur pour notre épanouissement personnel et intellectuel. Il propose aussi de réduire le nombre de médias sociaux dont on se sert et n’utiliser que ceux qui nous sont réellement indispensables au quotidien.

LE MOUVEMENT SLOW EN VOYAGE : LE SLOW TRAVEL

Une des déclinaisons du mouvement slow que j’affectionne particulièrement, le slow travel consiste à bien prendre le temps de s’immerger dans la culture d’un autre pays et de se mêler à la population locale pour observer et comprendre leur vie au quotidien. Le but est donc de voyager en réduisant notre impact sur l’environnement en privilégiant les transports en commun et en encourageant les producteurs locaux.

LE MOUVEMENT SLOW URBAIN : LES SLOW CITIES

Née en 1999, les slow cities favorisent une approche plus traditionnelle à la vie urbaine. Ces villes sont dotés de plus d’espaces verts et encouragent le transport en commun plutôt que les voitures afin de réduire la circulation. De plus, elles restreignent la pollution sonore et la population totale doit demeurer en bas de 50 000 habitants. Ce sont donc des villes beaucoup plus calmes et très accueillantes.

Et vous, dans quel sphère de votre vie adopterez-vous le mode slow?

0 commentaires

Laissez un commentaire