2018 en mode éthique : 8 gestes à poser

2018 en mode éthique : 8 gestes à poser

Fin 2017, quelques 15 000 scientifiques des quatre coins du monde signaient un manifeste sonnant l’alarme sur la crise climatique. Il n’y a qu’à regarder dehors pour constater que Dame Nature a des sautes d’humeurs, avec ses écarts de température.

Ce n’est pas un scoop, l’industrie de la mode est coupable de beaucoup de dommages environnementaux. D’autre part, le rapport d’exploitation que perpétuent encore trop d’entreprises avec les pays sous-développés et leur main d’oeuvre bon marché est tout aussi troublant.

Par chance, 2017 signe aussi la naissance de bon nombre d’initiatives éco-responsables dans le secteur textile. 

Cette année sera certainement marquée par de nombreux enjeux - d'où l'importance de choisir ses combats. Pour ceux et celles qui souhaitent nous joindre sur le front de la mode éthique, voici un petit guide de 8 gestes concrets à adopter toute l'année. 

1. CHOISIR MOINS, CHOISIR MIEUX

Face à l’industrie du fast fashion, aux confections de qualité médiocre et à des prix dérisoires, notre rapport au vêtement a changé du tout au tout. Le fait est que nos jeans et chemises ne devraient pas être des biens de consommation jetables, mais des biens durables. 

Investissons dans la qualité et les styles intemporels, qui dureront plus d’une saison.On adore, par exemple, la collection de Betina Lou.

2. LOUER CHEZ STATION SERVICE

Ce nouveau mode de consommation s'inscrit dans l'économie collaborative et circulaire, ainsi que le zéro déchet. Idéale pour s'amuser avec les tendances du moment, la location de vêtements nous permet de tester des styles plus audacieux tout en remédiant au gaspillage vestimentaire - on parle ici d'achats impulsifs et de tenues « one hit wonder », délaissées au fond d'un tiroir après usage unique.

Chez Station Service, on propose une garde-robe composée de créations locales slowmade.
 Pour en savoir plus →   

Illustration © Leslie Richard pour Station Service
© Beatrice Munn pour Station Service | Elissa porte la robe T2 de Elisa C-Rossow

3. MODÉRER LES LAVAGES 

Environ 25% de l’empreinte écologique de l’industrie de la mode résulte du nettoyage trop fréquent - voire systématique - de nos vêtements.

En plus d’être polluant, ce mauvais réflexe contribuera à l'usure prématurée du vêtement. Pensons-y, avant de lancer notre t-shirt préféré à la corbeille de lavage! 

4. RECYCLER

L’hiver est là, on se sépare donc de quelques pièces estivales pour faire place aux pulls, tuques et laines ; pour éviter d’en rajouter aux quelques 167 000 tonnes de textiles enfouies chaque année au Québec, optons pour le recyclage textile. Si nos indésirables ne sont pas adoptés au prochain switch and bitch, il existe une foule d'autres options.

Friperies & cie

Plusieurs friperies locales achètent les vêtements usagés, comme l’Empire de l’échangeEn ligne, il y a la nouvelle plateforme locale Bon Magasinage, une sorte de Kijiji mode où on peut vendre et acheter entre particuliers.

Collecte & dons

Ouvrons les yeux lorsqu'on marche dans notre quartier : plusieurs organisations répartissent des conteneurs de dons de vêtements, en ville comme en région. Jetez un coup d’oeil aux cartes de Ekotex et Certex.

L’organisme Le Support est particulièrement intéressant : il passe par la récupération et revente de vêtements pour amasser des fonds en soutien aux personnes présentant une déficience intellectuelle. En plus de plusieurs boîtes de dons, il offrent un service très pratique de collecte à domicile.

5. OPTER POUR LE SECONDE MAIN

La mode ayant un caractère cyclique, les vêtements de seconde main sont souvent loin d’être désuets. Bien au contraire, la sélection de bonnes friperies coïncide toujours avec les tendances actuelles. Si comme nous vous aimez les compositions textiles naturelles, elles vous charmeront avec leurs pièces de coton, laine ou soie pure - le tout à prix très abordable.

Nos préférées : Ex-Voto, situé dans la Petite Italie, Citizen Vintage et Ruse dans le Mile End.
On trouve aussi de vrais trésors sur le site de Deuxième Édition.

© Station Service | Robe Paula de Marigold

 

6. ACHETER LOCAL

Lorsqu’on achète des articles faits au Québec, il y a fort à parier qu’on a un impact considérable sur le sort des artisans à l’origine du vêtement. Question écologie / consommation d'essence, ça va de soi : les productions locales parcourent de plus petites distances avant de se retrouver dans nos mains.

7. LIRE L’ÉTIQUETTE

Oui ! Ce petit bout de tissu d'après lequel on a nommé notre journal détient des informations précieuses.

Composition en fibres

Portons attention à la composition en fibres et privilégions des matières durables et écologiques comme le tencel, le lin, le coton bio et la rayonne de bambou. 

Origine

Alors que les « made in Italy », « made in Japan » et « made in Portugal » ont bonne presse, les usines des pays en voie de développement sont pointées du doigt comme théâtres de déplorables conditions de travail.

8. POSER LA QUESTION « WHO MADE MY CLOTHES » ?

Il est essentiel de nuancer les deux points précédents : « fait au Canada » n’est pas indéniablement gage de production éthique, alors que « made in Cambodia » n’est pas toujours synonyme d’exploitation et de production bon marché.

Le boycott du made in Bangladesh n’est pas la solution parfaite à tous les maux de la mode.

La mode éthique est définie par des paramètres qu'on est tous libres de définir en fonction de nos propres valeurs, qu'elles soient liées au respect de l'environnement ou à l'équité sociale.

© fashionrevolution.org

Qu'elles que soient nos préoccupations, on doit exiger plus de transparence de la part des entreprises, bien au-delà de l'étiquette. On vous invite donc à suivre le mouvement lancé par la Fashion Revolution et à poser la question à vos marques favorites : « Who made my clothes ? ». Qui a fait mes vêtements  ? Où ? Dans quelles conditions ? À quel prix ?

Avec une politique de transparence irréprochable, la boutique de chaussures et accessoires Maguire est un très bel exemple à suivre.

Creuser l'histoire de chaque pièces et porter une véritable réflexion vis-à-vis chacun de nos vêtements est certainement un pas vers la mode responsable. ❀

 ____________________________________________


À votre tour, n'hésitez pas à nous partager vos astuces de mode éthique et vos bonnes adresses !

Rédaction signée

5 commentaires

  • Merci Isabel, Sandra, Marilyn et Charlotte pour vos beaux commentaires. ♡

    Station Service le

  • Très bel article constructif !! Il donne de belles idées de résolution pour l’année 2018

    Charlotte le

  • Excellent article!
    Les petits gestes font les grands changements. ??

    Marilyn Wang le

  • Wow quelle belle réflexion ??. Grâce à toi ma belle Caroline, je vais réfléchir deux fois avant de laver mes vêtements et ainsi donner l’example a ma fille ?, j’ai hâte de voir votre belle boutique à Québec ?.

    Sandra Trudel le

  • Merci pour les conseils!
    Il faut s’y mettre si on veut réellement avoir un impact dans la société et dans l’environnement!
    Merci Caroline pour ton implication!
    Station Service c’est vraiment une belle entreprise.

    Isabel Marta le

Laissez un commentaire